ربنا لا تزغ قلوبنا بعد إذ هديتنا وهب لنا من لدنك رحمة إنك أنت الوهاب

Admin

Bienvenue sur le site de Sawah Host. Nous vous proposons ici de nombreuses réponses à toutes vos questions dans le but de fournir un contenu utile au lecteur arabe.

Dans cet article, nous discuterons de notre Seigneur, ne déviez pas nos cœurs après nous avoir guidés et nous avoir accordé la miséricorde de votre part que vous êtes le donateur, et nous espérons que nous lui avons répondu de la manière correcte dont vous avez besoin.

La parole dans l’interprétation de sa parole : Notre Seigneur, ne détourne pas nos cœurs après que tu nous aies guidés, et accorde-nous de ta part une miséricorde, car tu as fini (8)
Abu Jaafar a dit : Il entend par là, la grandeur de sa louange : que ceux qui sont fermement enracinés dans la connaissance disent : Nous croyons en ce qui est semblable aux versets du Livre de Dieu, et que c’est le plus décisif des versets de la révélation et de la révélation de notre Seigneur. Ils disent aussi : « Notre Seigneur, ne déviez pas nos cœurs après que vous nous ayez guidés. » Cela signifie qu’ils disent, leur désir que leur Seigneur se détourne d’eux ce qui afflige ceux dont les cœurs ont été déviés de suivre les versets similaires de le Coran, cherchant la discorde et cherchant son interprétation, que Dieu seul connaît =: O notre Seigneur. Ne nous fais pas comme ceux dont le cœur s’est écarté de la vérité et ils ont barré de Ton chemin = « Ne dévie pas nos cœurs », fais ne les fatigue pas et ne les détourne pas de ta direction après que tu nous y as guidés. De Toi vient la miséricorde, c’est-à-dire : Accorde-nous de ta part le succès et la fermeté pour ce sur quoi nous sommes en reconnaissant la fermeté de ton Livre et ses similitudes = « Tu es le Donneur », ce qui signifie : Tu es le Donneur de succès et de conseils pour tes serviteurs pour la fermeté de ta religion, et la confirmation de ton livre et de tes messagers, comme :
6649 Ibn Hamid nous a dit, il a dit, Salamah nous a dit, sur l’autorité d’Ibn Ishaq, sur l’autorité de Muhammad Ibn Ja`far Ibn al-Zubayr : « Notre Seigneur, ne déviez pas nos cœurs après que vous nous ayez guidés. signifiant : Ne fatigue pas nos cœurs même si nous nous ennuyons avec nos événements (161) = « Accorde-nous de Toi miséricorde. » (162)
* * *
Abu Jaafar a dit: Et à la louange de Dieu, l’Exalté, de ces gens par ce qu’il les a loués = de leur désir qu’il ne dévisse pas leurs cœurs, et de leur donner miséricorde de sa part, une aide pour leur fermeté sur ce sur quoi ils sont d’une bonne compréhension de la vérité sur laquelle ils résident = ce qui a montré l’erreur de la parole de l’ignorant D’Al-Qadariyah: (163) Que Dieu dévie le cœur de celui dont il dévie le cœur de parmi ses serviteurs de son obéissance et incline à lui de leur part est injuste. Car s’il en était ainsi, ceux qui disaient : « Notre Seigneur, ne détourne pas nos cœurs après que tu nous as guidés », par des calomnies auraient été plus dignes qu’eux de louanges. Parce que si la parole était comme ils l’ont dit, alors le peuple n’aurait demandé qu’à son Seigneur = en Lui demandant de ne pas dévier leurs cœurs (164) = de ne pas les opprimer et de ne pas les opprimer. Ceci de la part du questionneur est de l’ignorance, parce que Dieu, l’Exalté dans Sa louange, n’opprime pas Ses serviteurs et ne les opprime pas. Et il en informa ses serviteurs et le nia de lui-même en disant : Et ton Seigneur n’est pas injuste envers les serviteurs. [سورة فصلت: 46]. Il ne sert à rien de lui demander d’être comme il leur avait dit qu’il était. Et dans la corruption de ce qu’ils ont dit à ce sujet, la preuve claire que la justice de Dieu Tout-Puissant est : dévier celui dont le cœur a dévié de ses serviteurs de son obéissance, ainsi il mérite des louanges pour celui qui le désire de ne pas le dévier , pour diriger le désir vers son peuple, et pour mettre son issue à sa place, avec l’apparition des nouvelles sur Le Messager de Dieu, que les prières et la paix de Dieu soient sur lui, a exprimé son désir à son Seigneur pour cela, avec son place en lui et son honneur sur lui.
6650 Abu Kreib nous a dit, il a dit, Wakee nous a dit, sous l’autorité d’Abdul Hamid bin Bahram, sous l’autorité de Shahr bin Hawshab, sous l’autorité d’Umm Salamah : Le Messager de Dieu, que la paix et les bénédictions soient sur lui, a dit : « O toi qui tourne les cœurs, affermis mon cœur sur ta religion ! Puis il récita : « Notre Seigneur, ne déviez pas nos cœurs après que vous nous ayez guidés », jusqu’à la fin du verset. (165)
6651 Abu Kreib nous a dit, il a dit, Waki’ nous a dit, sous l’autorité d’Abdul Hamid bin Bahram, sous l’autorité de Shahr bin Hawshab, sous l’autorité d’Asma, sous l’autorité du Messager de Dieu, que Dieu le bénisse et accorde-lui la paix, de la même manière. (166)
6652 Al-Muthanna nous a dit, il a dit, Al-Hajjaj bin Al-Minhal nous a dit, il a dit, Abdul Hamid bin Bahram Al-Fazari nous a dit, il a dit, Shahr bin Hawshab nous a dit, il a dit : J’ai entendu Umm Salamah dire : Le Messager de Dieu, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix, avait l’habitude de beaucoup prier pour dire : Oh Dieu, le changeur de cœurs, affermis mon cœur sur moi, ta religion ! Elle a dit : J’ai dit : Messager de Dieu, le cœur change-t-il ? Il a dit : Oui, Dieu n’a pas créé les êtres humains parmi les enfants d’Adam sauf que son cœur était entre deux de ses doigts, donc s’il voulait l’ériger et s’il voulait le dévier, alors nous demandons à Dieu, notre Seigneur, de ne pas dévier nos cœurs après qu’il nous a guidés, et nous lui demandons de nous accorder sa miséricorde de sa part, car il est le donateur. Elle dit : J’ai dit : O Messager de Dieu, ne m’enseignes-tu pas une supplication que je prie pour moi-même ? Il a dit oui. Dis : Seigneur, Seigneur du Prophète Muhammad, pardonne mon péché, enlève la colère de mon cœur et sauve-moi des égarements de la tentation. (167)
6653 Muhammad ibn Mansur al-Tusi m’a dit, il a dit, Muhammad ibn Abdullah al-Zubayri nous a dit, il a dit, Sufyan nous a dit, sur l’autorité d’al-Amash, sur l’autorité d’Abu Sufyan, sur l’autorité de Jabir, il dit : Le Messager de Dieu, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix, disait souvent : tourneur de cœurs, affermis mon cœur sur ta religion. Certains membres de sa famille lui ont dit : Il a peur de nous et nous avons cru en toi et en ce que tu as apporté ?! Il a dit: Le cœur est entre deux des doigts du Très Miséricordieux, Béni et Exalté soit-Il, Il dit avec eux ainsi = Et Abu Ahmad a déplacé ses deux doigts = Abu Jaafar a dit: Et Al-Tusi s’est déplacé entre ses deux doigts. (168)
6654 Said bin Yahya al-Umawi m’a dit, il a dit, Abu Muawiyah nous a dit, il a dit, al-Amash nous a dit, sur l’autorité d’Abu Sufyan, sur l’autorité d’Anas, il a dit : Le Messager de Dieu, que Dieu prières et paix sur lui, disait souvent : « O changeur de cœur, affermis mon cœur sur ta religion. Nous avons dit : O Messager de Dieu, nous avons cru en toi, et nous avons cru ce avec quoi tu es venu, alors il craint pour nous ?! Il dit : Oui, les cœurs sont entre deux doigts de Dieu, et Lui, le Béni et l’Exalté, les tourne. (169)
6655 Muhammad bin Abdullah bin Abdul Hakam m’a dit, il a dit, Bishr bin Bakr nous a dit = et Ali bin Sahl m’a dit, il a dit, Ayoub bin Bishr nous a dit = tous, sur l’autorité d’Ibn Jaber, il a dit : J’ai entendu Busr bin Ubaid Allah a dit, j’ai entendu Abu Idris al-Khawlani dire : J’ai entendu Al-Nawas bin Simon al-Kalabi a dit : J’ai entendu le Messager de Dieu, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix, dire : Il n’y a de cœur qu’entre deux des doigts du Tout Miséricordieux : s’il veut, il l’établit, et s’il veut, il l’écarte. Et le Messager de Dieu, que les prières et la paix de Dieu soient sur lui, avait l’habitude de dire : tourneur de cœurs, affermis nos cœurs sur ta religion, et la balance est entre les mains du Très Miséricordieux. Il élèvera les gens et abaisser les autres jusqu’au Jour de la Résurrection. (177)
6656 Umar ibn Abd al-Malik al-Ta’i m’a dit, il a dit, Muhammad ibn Ubaidah nous a dit, il a dit, al-Jarrah ibn Malih al-Bahrani nous a dit, sur l’autorité d’al-Zubaidi, sur l’autorité de Juwaiber, sur l’autorité de Samra ibn Fatek al-Asadi, et il était l’un des compagnons du Messager de Dieu, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix, sur l’autorité du Prophète, que les prières et la paix de Dieu soient sur lui , qu’il a dit : La balance est dans la main de Dieu, Il élève les nations et place les nations, et le cœur du fils d’Adam est entre deux des Doigts du Très Miséricordieux, s’Il veut Il s’en écarte, et s’Il le veut, Il l’établit. (171)
6657 Al-Muthanna m’a dit, il a dit, Suwaid bin Nasr nous a dit, il a dit, Ibn Al-Mubarak nous a dit, sur l’autorité de Haywa bin Shureh, il a dit, Abu Hani Al-Khulani m’a dit : Il a entendu Abu Abd Al -Rahman Al-Habili dire: J’ai entendu Abdullah Amr bin Al-Aas dire: J’ai entendu le Messager de Dieu, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix, dire Les cœurs de tous les enfants d’Adam sont entre deux des doigts du Très Miséricordieux, comme un seul cœur, et Il se tourne comme Il veut. Alors le Messager de Dieu, que les prières et la paix de Dieu soient sur lui, dit : Dieu, le Transformateur des cœurs, dirige nos cœurs vers ton obéissance. (172)
6658 Al-Rabi` bin Suleiman nous a dit, il a dit, Asad bin Musa nous a dit, il a dit, Abdul Hamid bin Bahram nous a dit, il a dit, Shahr bin Hawshab nous a dit, il a dit : J’ai entendu Umm Salamah dire : Le Messager de Dieu, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix, disait beaucoup dans ses supplications : « God Dieu, affermis mon cœur sur ta religion. » . Elle a dit : J’ai dit : Messager de Dieu, les cœurs changent-ils ? Il a dit: Oui, il n’y a pas d’être humain issu de la création de Dieu des enfants d’Adam sauf que son cœur est entre deux doigts de Dieu. S’Il veut Il l’établit, et s’Il veut Il s’en écarte. Nous demandons à Dieu, notre Seigneur , de ne pas dévier nos cœurs après qu’Il nous a guidés, et nous Lui demandons de nous accorder Sa miséricorde de Lui-même qu’Il est le Donneur. . (173)
___________________________
Marges :
(161) Dans la publication : « Avec nos corps », qui n’a pas de sens, et est une déformation de la narration sous l’autorité d’Ibn Ishaq. Et sa justesse est tirée du manuscrit et d’Ibn Hisham 2 : 226. Et les événements sont le pluriel d’un événement : c’est le verbe. Ils demandent à Dieu de raffermir leur cœur par la foi, même si leurs actions tendent à une certaine désobéissance.
(162) La trace : 6649 est le reste des antiquités précédentes, dont la dernière est le numéro : 6648.
(163) Qadariyyah : Ils sont la négation du destin et des attributs, c’est-à-dire la Mu’tazilah.
(164) Dans la publication : « leur issue » en omettant le ba, et le bon du manuscrit.
(165) Hadith : 6650 Ceci est une chaîne de transmission valide.
Abd al-Hamid ibn Bahram : digne de confiance, sa traduction a continué : 1605. Shahr ibn Hawshab : digne de confiance aussi, comme nous l’avons dit en : 1489.
Ce discours est court. Et cela arrivera longuement dans : 6652, et nous le sortirons là-bas, si Dieu le veut. Il vient plus long que ceci et plus court que cela, en : 6658.
(166) Hadith : 6651 Cette chaîne de narrateurs est également authentique. Mais ici, il s’agit de la narration de Shahr sous l’autorité d’Asma, qui est la fille de Yazid bin Al-Sakkan Al-Ansariyyah. Et celui d’avant du récit d’un mois sur l’autorité d’Umm Salamah, la mère des croyants.
Je ne l’ai pas trouvé dans le hadith d’Asma sauf dans ce récit selon al-Tabari, sinon un récit mentionné par Ibn Katheer, sous l’autorité d’Ibn Mardawayh.
Ibn Katheer 2 : 102 a dit après avoir mentionné la narration précédente d’Umm Salama : Umm Salamah, sous l’autorité d’Asmaa bint Yazid bin al-Sakan, je l’ai entendue parler : Que le Messager de Dieu, que les prières et la paix de Dieu soient sur lui, avait l’habitude de faire de nombreuses supplications… » Il a mentionné la narration suivante de ce hadith .
Puis Ibn Katheer a déclaré: “C’est ainsi qu’Ibn Jarir l’a raconté, à partir du hadith d’Asad bin Musa, sous l’autorité d’Abdul Hamid bin Bahram, avec lui, de même.”
Puis il a dit: “Et il l’a également raconté sous l’autorité d’Al-Muthanna, sous l’autorité d’Al-Hajjaj bin Minhal, sous l’autorité d’Abdul Hamid bin Bahram, avec lui, de même.”
Il est clair que ce qu’il a dit dans le récit d’Ibn Mardawayh « sous l’autorité d’Umm Salamah, sous l’autorité d’Asmaa bint Yazid bin al-Sakan » est sans aucun doute faux. Apparemment, c’était une erreur de la part des scribes, en ajoutant la lettre “de”. Et que son exactitude est « sous l’autorité d’Umm Salamah Asma… ».
Et « Asmaa bint Yazid bin Al-Sakan Al-Ansariyyah » : une compagne bien connue, et elle est la cousine de Muadh bin Jabal, et son surnom est « Umm Salamah ». Shahr ibn Hawshab est connu pour raconter d’elle, et Ibn al-Sakan a même dit : « Il a parlé d’elle aux gens. Il était l’un de ses disciples.
Nous n’avons jamais entendu que « Umm Salama, la mère des croyants » ait été racontée à partir de ces noms, ni d’autres compagnes.
Quant à la référence d’Ibn Kathir aux deux narrations d’al-Tabari du hadith de « Asad bin Musa » et « Al-Hajjaj bin Minhal » sous l’autorité d’Abd al-Hamid bin Bahram, qui sont les deux narrations suivantes : 6652 et 6658 : c’est problématique, car c’est une illusion qu’elle est similaire à la narration d’Ibn Mardawayh : « Sur l’autorité d’Umm Salamah Asma bint Augmenter ».
Peut-être Ibn Kathir y est-il allé, pensant que ces récits dans al-Tabari : 6650, 6652, 6658, dans lesquels « sur l’autorité d’Umm Salamah » sont signifiés par « Umm Salamah Asmaa bint Yazid ».
Si cela n’a pas été pensé, devinez. Dans ces trois récits, « Umm Salama » est bien la mère des croyants, comme le montrera la graduation du hadith suivant pour cela : 6652.
(167) Hadith : 6652 C’est la longue narration, à laquelle nous avons fait référence dans : 6650, et elle viendra un peu abrégée : 6658, comme nous l’avons dit précédemment.
Et le hadith a été rapporté par Ahmad en bref dans le Musnad d’Umm Salamah, Umm al-Mu’minin 6 : 294 (Halabi), sur l’autorité de Waki’, sur l’autorité d’Abd al-Hamid ibn Bahram, sur l’autorité de Shahr ibn Hawshab, sous l’autorité d’Umm Salamah : ” Le Prophète, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix, disait : Muqlab al-Qub, prouve-le. Mon cœur est sur ta religion. Ceci est similaire à la narration précédente : 6650, sauf qu’Abu Kuraib a augmenté la lecture du verset qu’il contient.
Ahmad l’a également relaté dans son Musnad 6:301302, sur l’autorité de Hashim, qui est Ibn al-Qasim Abu al-Nadr, sur l’autorité d’Abd al-Hamid ibn Bahram, avec cette chaîne de narrateurs, de la même manière. Cependant, il a dit à la fin: “Et récompensez-moi des égarements de la tentation tant que vous nous gardez en vie.”
Puis il l’a raconté brièvement, sans mentionner le verset, ni sa parole « Nous demandons à Dieu notre Seigneur » etc., 6 : 315 (Halabi), sur l’autorité de Muadh bin Muadh, il a dit : « Abu Ka’b, le propriétaire de soie, nous l’a dit, il a dit : Shahr bin Hawshab m’a dit, il a dit : j’ai dit à Umm Salamah « O Mère des croyants, quelle était la supplication la plus fréquente du Messager de Dieu, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix , si tu l’avais ?
Puis Abdullah bin Ahmed Uqbah a dit : J’ai interrogé mon père sur Abi Ka’b ? Il a dit : Digne de confiance, et son nom est Abd Rabbo bin Obaid.
Il a également été rapporté par Al-Tirmidhi 4: 266, sous l’autorité d’Abu Musa Al-Ansari, sous l’autorité de Muadh bin Muadh, avec lui. Il a dit: “C’est un bon hadith.”
Et Abu Ka’b Sahib al-Harir, Abd Rabbo ibn Ubaid al-Azdi al-Jarmuzy : Yahya ibn Sa’id, Ibn Mu’in et d’autres lui ont également fait confiance. Traduit en Al-Tahdheeb, et Ibn Abi Hatim 1/3/4142.
Al-Haythami l’a mentionné dans Majma’ al-Zawa’id à trois reprises, 6 : 325, 7 : 210, 10 : 176, sous l’autorité d’al-Musnad, et a souligné qu’al-Tirmidhi en a raconté une partie, et le le plus élevé à deux endroits dans Shahr ibn Hawshab, “et il est faible et on lui fait confiance”. Et il a dit à la fin : « Sa chaîne de transmission est bonne. »
Al-Suyuti l’a mentionné 2:8, et a ajouté son attribution à Ibn Abi Shaybah, sans séparer les narrations.
Et cela a été rapporté par l’imam des imams Ibn Khuzaymah, dans le Livre du Tawhid, page 55, à partir du récit d’Ibn Wahb, sous l’autorité d’Ibrahim bin Nashit Al-Walani, sous l’autorité d’Abdullah bin Abdul Rahman bin Abi Hussein Al-Makki, sous l’autorité de Shahr bin Hawshab, sous l’autorité d’Umm Salamah, de la même manière. C’est également vrai.
Et Abu Bakr Al-Ajri l’a raconté, dans le Livre de la Charia, p. : 316, de deux autres côtés, sous l’autorité d’Umm Salamah.
Et il a signé dans la publication : « Dieu n’a pas créé des êtres humains, des enfants d’Adam », avec avance et retard. Et nous avons prouvé ce qu’il y a dans le manuscrit, ce qui est cohérent avec toutes les narrations qui contiennent ce mot.
(168) Hadith : 6653 Muhammad ibn Mansur ibn Dawood, al-Tusi al-Abed, Cheikh al-Tabari : digne de confiance, loué par Ahmad, et al-Nasa’i et d’autres lui ont fait confiance.
Le hadith a été relaté par Al-Hakim dans Al-Mustadrak 2: 288289, via Al-Amash, avec cette chaîne de narrateurs. Et corrigez-le à la condition de musulman. Mais la première chaîne de transmission d’Al-Hakim à Al-A’mash n’est pas mentionnée, car aux origines d’Al-Mustadrak il y a un Khorram à cet endroit. Et il a prouvé sa place en résumant le golden.
Al-Suyuti l’a mentionné 2:9: Il a ajouté son attribution à al-Tabarani dans la Sunna.
Al-Tirmidhi 3:199 y fait référence, comme nous le mentionnerons dans le hadith suivant.
Et sa parole : « Il dit avec eux » est la justesse prouvée dans le manuscrit. Et dans l’imprimé “le dit”.
Son dicton : « Il bougeait entre ses deux doigts », et il gâchait une chose : le combiner. Veut : joindre ses doigts.
(169) Hadith : 6654 Rapporté par Ahmad dans Al-Musnad : 12133, (C 3 p. : 112 Halabi), sous l’autorité d’Abu Muawiyah, sous l’autorité d’Al-Amash, avec cette chaîne de transmission.
Puis il le raconta : 13731 (C 3 p. 257 Halabi), sous l’autorité d’Affan, sous l’autorité d’Abd al-Wahed, sous l’autorité de Suleiman bin Mahran, et il est al-Amash avec lui.
Et cela a été rapporté par Al-Tirmidhi 3:199, sur l’autorité de Hanad, sur l’autorité d’Abu Muawiyah, avec cela. Puis il dit : « C’est un bon hadith authentique, et il a donc été rapporté par plus d’un sur l’autorité d’Al-A’mash, sur l’autorité d’Abu Sufyan, sur l’autorité d’Anas. Et certains d’entre eux ont rapporté sous l’autorité d’Al-Amash, sous l’autorité d’Abu Sufyan, sous l’autorité de Jabir, sous l’autorité du Prophète, que les prières et la paix de Dieu soient sur lui. Et le hadith d’Abu Sufyan sur l’autorité d’Anasah.
Al-Tirmidhi veut expliquer le hadith avant cela. C’est un bug non répertorié. Et Abu Sufyan Talha bin Nafi’ : Un disciple digne de confiance, il a entendu de Jabir et Anas, et les auteurs des six livres sortis pour lui. Les adeptes entendent souvent un seul hadith de deux compagnons.

A la fin de l’article, nous espérons avoir répondu à la question de notre Seigneur, ne déviez pas nos cœurs après nous avoir fait un cadeau de votre part. Nous vous demandons de vous abonner à notre site via la fonction notifications pour recevoir toutes les nouveautés directement sur votre appareil, et nous vous conseillons également de nous suivre sur les sites de réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter et Instagram.